L’Université de Yaoundé I au PAPOSY le 11 Juillet 2014.

Les cops de Ngoa-Ekelle à l’honneur à la faveur de la cérémonie de relance de la diplomation par la mère des universités  camerounaises.

 

Ce vendredi 11 juillet 2014, dans la grande salle du PAPOSY la première des universités camerounaises s’est démarquée des autres en organisant la cérémonie de relance de la diplomation mise en veilleuse depuis  1993 au Cameroun. Cette cérémonie, présidée par le ministre de l’Enseignement Supérieur, par ailleurs chancelier des Ordres académiques a permis au Recteur Maurice Aurélien SOSSO de rassurer l’opinion sur le fait que dorénavant l’on ne notera plus d’interruption dans la délivrance des diplômes aux lauréats de cette institution.

 Dans la mouvance du système LMD, 6832 lauréats répartis comme suit : 3750 de la FALSH, 2488 de la F.S et 594 de l’ENSP  ont reçu leurs diplômes de Licence, Master et Doctorat PHD. Il s’agissait en substance des promotions de 2009 à 2013 des facultés et de 2008 à 2013 de l’ENSP.

 La remise des diplômes aux différents lauréats vient ainsi solutionner un grand nombre de problèmes auxquels étaient confrontés les diplômés de cette institution. S’adressant à ces derniers le ministre de l’enseignement Supérieur leurs dira « vous voici donc au piédestal de votre nouvelle vie… vous avez achevé votre formation sans bénéficier pleinement du symbole des résultats acquis à savoir, le diplôme. Vous avez longuement attendu  vos diplômes et l’on vous a servi un succédané : les attestations…Ce jour que tous nous avions si longtemps attendu, ce jour d’allégresse vient enfin d’éclore ».

 Aux enseignants le ministre transmettra la reconnaissance de la Nation en ces termes « intrépides gladiateurs de la plume perchés au pic du savoir, chevaliers chevronnés de la connaissance, la Nation toute entière vous célèbre avec ferveur et avec splendeur et la république vous félicite chaleureusement pour vos actions, vos ambitions, vos projets, vos idées et votre patience... ».

Le PAPOSY adresse ses encouragements à M. le Recteur et aux heureux récipiendaires du jour.

L’université de Yaoundé I en raccourcis.         

Situation géographique : quartier NGOA EKELLE

Année de création : 1962,

Nombre de Facultés : quatre  

·         la faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines (FALSH) ;

·          la faculté des Sciences (FS) ;

·          la faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales (FMSB) ;

·          la nouvelle faculté des Sciences de l’Education (FSE).

 Ecoles professionnelles rattachées :

·         l’Ecole Normale Supérieure ;

·          l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique ;

·          l’Institut universitaire des Technologies du Bois de Mbalmayo.

 Centres spécialisés :

·         le centre Bibliothécaire universitaire ;

·          le centre de biotechnologies ;

·         le centre universitaire des Technologies de l’Information).

  Universités Virtuelles :

·         l’université Virtuelle Nationale ;

·          l’université Virtuelle régionale.

 Système LMD : formations de niveaux Licence, Master académique, Master professionnel, Doctorat PHD et HND.

A travers les Ecoles de formation qui lui sont rattachées elle forme des enseignants du secondaire, des Ecoles Normales, des Conseillers d’orientation, des Ingénieurs de tous bords et des Techniciens du bois.

 

Voici la position du Cameroun sur la question de l'homosexualité

« À l’heure actuelle, l’homosexualité demeure un délit dans notre pays, prévu et réprimé comme tel par la loi ; tout comme il est avéré que nos populations le rejettent avec véhémence, et qu’elles ne sont pas prêtes à l’accepter, ni même à la tolérer. Ceux des pays étrangers qui sont nos amis doivent le comprendre. C’est une question de respect mutuel et de prise en considération de notre originalité socioculturelle et de notre souveraineté nationale ».C’est par cette déclaration que le Ministre de la Communication Issa Tchiroma Bakary a reprécisé la position du Cameroun au sujet de la question de l’homosexualité. C’était au cours d’un point de presse tenu le 23 janvier 2014 à la salle de conférence de son département ministériel. Loin d’être de l’improvisation, cette rencontre est organisée pour battre en brèche les allégations infondées tenues par les médias occidentaux au sujet du non respect, par les autorités camerounaises,des droits de l’Homme en l’occurrence ceux des homosexuels. Le ministre a rappelé que cette pratique est condamnée et sanctionnée par le code pénal en son  article 347 (bis). Le porte-parole du gouvernement a saisi cette occasion pour démontrer que le Cameroun n’est pas un Etat homophobe. Les adeptes de l’homosexualité au Cameroun se déplacent sans aucune difficulté et sans la moindre inquiétude. Issa Tchiroma affirme que «  de nombreux homosexuels notoirement connus, vivent et circulent en toute liberté au Cameroun, sans qu’ils ne soient systématiquement poursuivis devant les cours des tribunaux de la République. Certains ont même fait de l’apologie de cette illégalité, leur occupation essentielle et sans doute leur gagne-pain quotidien, sans que pour autant, ils aient eu à  en être inquiétés pour le moins du monde. On peut même noter une relative souplesse dans la gestion judiciaire de cette infraction ». La prise de position du gouvernement intervient après une diffusion en série d’un reportage suivi d’un débat sur la chaine de télévision France 24. Le ministère de la communication veut ainsi mettre un terme à l’acharnement médiatique qui a suivi cette opération.

                                                                                             Stephen Junior Pénibeck Matock

sortie solennelle des lauréats 2013 de l'Institut National de la Jeunesse et des Sports de Yaoundé.

La fête était belle, que dire, très belle au Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé ce mercredi 28 août 2013 à l’occasion de la remise solennelle des diplômes de fin de formation à l’INJS. En effet, la Fonction Publique camerounaise s’est enrichie de 97 nouveaux Conseillers principaux de Jeunesse et d’Animation (CPJA) issus de la 35ème promotion, de 121 Professeurs d’Education Physique et Sportive (PEPS) issus de la 36ème  promotion, de 99 Conseillers de Jeunesse et d’Animation (CJA) issus de la 16ème promotion, de 127 Professeurs Adjoints d’EPS (PAEPS)  de la 14ème promotion.

Cette cérémonie était co-présidée par le MINSEP, et le MINESUP, assistés de leurs homologues du MINPROF, du MINDEL-Transports et du SG MINJEC. Les festivités débutent par le mot de bienvenue  du Dr Daniel NGOA NGUELE Directeur De l’INJS suivi de l’hommage académique rendu à sa Majesté, Vénérable Sénateur, le Sultan, Roi des Bamoun Ibrahim MBOMBO NDJOYA, véritable icône et monument de l’administration camerounaise en général et du Ministère en charge des Sports au sein duquel il demeure le seul Ministre à y avoir séjourné durant 12 ans en particulier. Viennent ensuite le discours du MINESUP tutelle académique de l’école et l’allocution de M. ADOUM GAROUA, MINSEP, Tutelle technique et Président du Conseil d’Administration de l’INJS qui a recommandé aux nouveaux cadres «… d’identifier et de mettre en application des stratégies nouvelles et adaptées afin de jeter les bases de ce vaste mouvement de prospection, en impliquant tous les acteurs de la chaîne de pédagogie appliquée à l’éducation physique et au sport… ».

                                                                               Stéphane P. MMAMBA.  

sa Majesté, Vénérable Sénateur, Le Sultan, Roi des Bamoun.
sa Majesté, Vénérable Sénateur, Le Sultan, Roi des Bamoun.

Les dangers de l'alcool.

Selon une étude menée par des scientifiques américains, la drogue la plus mortelle n'est pas celle que l'on imagine. Lisez plutôt l'article suivant.

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.